Paroles T'en souviens-tu, la Seine ? de Anne Sylvestre

Anne Sylvestre
  • 5.0Vous n'aimez pas les paroles de Anne Sylvestreloading
  • Note 5.0/5 basée sur 50 avis.
  • Artiste: Anne Sylvestre255
  • Chanson: T'en souviens-tu, la Seine ?
  • Langue: Français

Les chansons similaires

Poètes de la Seine de Georges Chelon

Poètes de la Seine, auteurs de ses chansons Qui font vibrer les coeurs et sourire la vie Et si vous nous contiez la Seine à la façon De tous ceux qui la servent pour la rendre jolie Dites-vous que le fleuve...

Las Vegas de Mathieu Boogaerts

Sur la route qui mêne à Vegas Je nous y vois encore Elle et moi on avait la classe Dans notre voiture de sport Main dans la main, on se sourit Parce que demain, on va se dire oui C'est grave comme...

T'étais pas là de Romane Serda

T'es parti j'avais pas deux ans Me laissant seule avec maman Et son chagrin. T'as préféré ta liberté Aux douces chaînes d'un foyer Bien trop serein. Vieux routard, vagabond, volage Tu ne voulais pas vivre...

Je me souviens d'un adieu de Michel Sardou

Je m'souviens d'un adieu Qui a duré dix jours, Le retour sur le lieu De notre nuit d'amour. Je m'souviens d'un pardon Que tu m'as refusé, Le début d'une chanson Que j'nai pas achevée. Je m'souviens...

Pour toi c'est rien, pour moi c'est tout de Patricia Lavila

Rien pour moi dans la boîte aux lettres Ce matin mais demain peut-être Je vais avoir un petit mot de toi Le mois d'août est bien loin c'est vrai Mais je m'accroche à cette idée Que malgré tout tu penses...

Textes et Paroles de T'en souviens-tu, la Seine ?



T'en souviens-tu, la Seine,
t'en souviens-tu comm' ça me revient,
me revient la rengaine
de quand on avait rien,
de quand on avait pour tous bagages
tes deux quais pour m'y promener,
tes deux quais pour y mieux rêver ?
Tu étais, tu étais mes voyages
et la mer, tu étais mes voiliers,
tu étais pour moi les paysages ignorés.

Je te disais, la Seine
qu'on avait les yeux d' la mêm' couleur.
Quand j'avais de la peine,
quand j'égarais mon coeur,
quand je trouvais la ville trop noire,
tu dorais des plages pour moi,
tu mettais ton manteau de soie,
et pour moi, qui ne voulais plus croire,
et pour moi, pour pas que je me noie,
tu faisais d'un chagrin un' histoire, une joie.

Ils te diront, la Seine,
que je n'ai plus de coeur à promener
ou que, si je promène,
c'est loin de ton quartier.
Ils te diront que je te délaisse
et pourtant je n'ai pas changé.
Non, je ne t'ai pas oubliée,
mon amie de toutes les tendresses.
J'ai gardé dans mes yeux tes reflets,
j'ai gardé tes couleurs, tes caresses pour rêver.

T'en souviens-tu, la Seine,
t'en souviens-tu comm' ça me revient,
me revient la rengaine
de quand on était bien?
Et si j'ai vu d'autres paysages,
tes deux quais m'ont tant fait rêver.
Attends-moi: j'y retournerai,
tu seras mon premier grand voyage.
et le port où je viens relâcher,
fatiguée de tant d'autres rivages oubliés.

T'en souviens-tu, la Seine,
t'en souviens-tu ?

Paroles et Musique: Anne Sylvestre   1964 © Warner Chappell

N'hésitez pas à faire une recherche de paroles d'une chanson dont vous ne connaissez qu'un morceau de texte avec notre moteur de paroles et chansons